Quelques plats Ivoiriens pour ravir les papilles en se dépaysant


Les destinations qui nous offrent des belles plages mouillées par un océan aux couleurs splendides et bordées de cocotiers sont foisons. Mais si pour découvrir un pays qui offrent ces plages de rêves et mille autres merveilles j’ai choisi la Côte-d’Ivoire. Et tout en découvrant les quelques merveilles que j’ai sélectionnées, je n’ai pas oublié de déguster quelques bonnes spécialités.



Ce pays est tout de même le premier producteur mondial de cacao et suit le Brésil et la Colombie dans la production de café.
Mais les Ivoiriens ne s’arrêtent pas là. Ils sont les premiers exportateurs Africains d’ananas et d’huile de palme.
En ce qui concernent la culture locale, on retrouve principalement l’igname, le maïs, le millet et le riz. Avec un peu d’épices et d’autres très bons légumes, ces quelques ingrédients ont ravis mon palais.

Avant de partir, je me suis fait vacciner contre la fièvre jaune, puisqu’obligatoire, et j’ai fait un tour à l’ambassade de Côte d’Ivoire à Paris pour l’obtention d’un visa biométrique. J’ai d’abord dû prendre un rendez-vous pour déposer mon dossier composé de documents dont la liste est indiquée dans le site officiel de l’ambassade. Il était possible de tout faire par internet mais je me sentais plus rassurée de tout faire en direct. 5 jours plus tard j’avais mon passeport avec le visa et mon carnet de vaccination en poche. J'ai découvert ensuite que j'aurais pu passer par l'agence Action Visas pour gérer ces démarches à ma place.

Diversité

La Côte d’Ivoire possède un grand nombre de groupes ethniques. La cuisine Ivoirienne est donc aussi variée que sa population. Chaque groupe a une alimentation adaptée à ce qu’il peut cultiver dans sa zone géographique mais les aliments de base dont j’ai parlé plus haut se retrouvaient souvent dans mon assiette. Voici les 3 plats qui m’ont été le plus souvent servis.

Le Kedjenou

Normalement préparé dans un récipient en terre cuite posé sur un feu de bois, le kedjenou est un excellent ragoût. Le plus souvent il est préparé avec du poulet ou de l’agouti. Cette viande est préparée avec de l’oignon de la tomate, du gingembre, de l’ail, du laurier et l’ingrédient inévitable en Côte-d’Ivoire, du piment.
Un petit vin de palme et une banane plantin en accompagnement et la sieste devient obligatoire.

Le Garba

Ce plat local est très simple et bon. L’assiette est composée de morceaux de thons frits et d’une belle portion d’attiéké, met à base de manioc, avec une sauce de tomates et d’oignons.
Terminer ce plat avec un doigt de melon au citron vert est une vraie merveille.

Le Calalou

Le calalou est également un ragoût soit à base de viande ou soit à base de poisson. Cette base mijote avec des légumes verts, comme des feuilles de manioc, de taro, d’oseille, de la tomate, de l’ail, de l’oignon et du piment. Si c’est un ragoût de poisson, des crevettes séchées sont ajoutées.

Et si entre ces bons plats j’avais encore un petit creux, je pouvais profiter du dêguê. C’est un mélange de yogourt avec de la farine de millet et du sucre ou du miel. Il est en vente absolument partout.

Evidemment l’eau restait ma boisson de prédilection pour supporter la chaleur et toutes ces calories.

 
Articles connexes sur d'autres blogs

https://www.boutiquesaintbenoit.fr/cote-ivoire.htm

https://www.campingauvaltourinnes.com/cote-ivoire.htm

https://www.chateaudenohant.com/visites-cote-ivoire/

https://www.vacanesdetipienfrance.com/cuisine_cote_ivoire.htm