Mes premiers pas sur la place Rouge


Quand je pense à Moscou, je vois la capitale d’un empire tentaculaire : l’URSS. Une image me vient immédiatement en tête : la place Rouge. Celle où l’on trouve une cathédrale aux couleurs appétissantes, le tombeau de Lénine et les portes du Kremlin. Alors forcément, la première fois que j’y ai posé les pieds, au cœur de l’hiver, l’émotion fut intense.


En sortant du métro

Moscou n’a pas de métro. C’est un véritable palais sous terre fait de marbre, de statues, de lustres et de dorures ! L’un des métros les plus fréquentés du monde est aussi l’un des plus luxueux. Prendre le métro pour rejoindre le centre de la capitale russe sera ma première source d’émerveillement. Partout, la richesse des ornements me fascine. Ce métro est un véritable bijou, gardé secret sous les entrailles de la ville. Et dès que je rejoins l’air frais, je m’apprête à tomber sous le charme de la place Rouge. Celle que je rêvais de voir depuis tant d’années. 

La plus belle place du monde

Je le dis sans hésitation après avoir voyagé dans près de 60 pays à travers le monde. La place Rouge est pour moi la plus belle que j’ai vue de toute ma vie. Elle est plus petite que ce que j’imaginais, pour être honnête. Mais du point de vue de la beauté et de la perfection des proportions, c’est un véritable coup de foudre. J’y suis en hiver, début janvier, pour les festivités orthodoxes, et le marché de Noël trône encore au milieu de la place. La patinoire improvisée en face du Kremlin attire de nombreuses familles. Un peu refroidi par le climat hivernal, je franchis les portes du GUM.

Le GUM : le luxe à l’état brut

Le GUM, c’est l’immense centre commercial qui longe la place Rouge. Datant de l’ère soviétique, il n’a rien perdu de sa superbe. Je me perds dans le dédale de magasins et d’allées, admire la grandeur du lieu et reste sans voix. Après un certain temps à me réchauffer à l’intérieur, je sors pour me plonger dans l’Histoire.

Sur les traces de Lénine

Il est toujours là. Exactement en face du GUM. Un mausolée sobre auquel on ferait à peine attention si on ne savait pas qui y reposait. Lénine. Son corps est encore exposé sur la place Rouge, dans un cercueil de verre. Je fais la queue longtemps avant d’entrer dans une sorte de souterrain un peu effrayant. Des officiers surveillent le moindre de mes faits et gestes. J’arrive dans une salle où Lénine semble dormir. Interdit de s’arrêter ou de prendre des photos. Il faut contourner calmement le cercueil et ressortir. Mes yeux sont scotchés sur ce qui ressemble à une statue de cire du Musée Grévin. C’est pourtant le vrai Lénine, mort il y a près d’un siècle. Puis en ressortant je passe devant la tombe de Staline.

Quelle cathédrale !

Je garde le meilleur pour la fin. La cathédrale Saint-Basile. Sous ses airs de château de conte de fée, elle inspire un profond respect. Elle est pour moi aussi impressionnante que Notre-Dame de Paris. Si elle est plus petite d’extérieur que ce que je pensais, à l’intérieur, on dirait un véritable labyrinthe. Je traverse plusieurs pièces toutes aussi fascinantes les unes que les autres. L’une des plus belles cathédrales du pays, assurément !

Comment obtenir son visa pour la Russie ?

Pour un séjour touristique tout ce qu’il y a de plus classique, de quelques jours ou quelques semaines grand maximum, il est de plus en plus facile de s’envoler pour la Russie. Désormais, Saint-Pétersbourg et Kaliningrad sont accessibles sans visa pour un séjour d’une semaine. Bientôt, le dispositif concernera l’ensemble du pays sous la forme d’un e-visa. Pour ma part, j’ai décidé de partir 4 mois en Russie. J’ai donc fait une demande de PVT ou Permis Vacances-Travail, un document particulièrement long et complexe à obtenir. Comptez au moins un mois pour effectuer les démarches.

Chez les amis

https://www.unbilletenpoche.com/decouverte-grande-russie/

https://www.theworldmusictour.com/russie-medievale/

https://www.une-nicoise.com/culture-russie/

https://www.tripissimo.fr/voyage-en-russie/

https://www.nomadbento.pl